Le lait cru et la protection de la santé publique

Le lait cru et son traitement

Le lait cru est un produit alimentaire qui possède bien des avantages. Mais qui possède, également, quelques désagréments. Nous avions, d’ailleurs, déjà abordé le sujet lors d’un précédent article sur le fromage au lait cru. En tout cas ce lait est vulnérable à divers micro-organismes pathogènes dont certains très dangereux. Notamment la listeria, que nous avons également déjà traitée, et la salmonelle, responsable de la salmonellose. Un arrêté vient d’être publié par le ministère de l’Agriculture et de l’alimentation concernant ce lait. Et celui-ci fait suite à plusieurs rappels, notamment sur le fromage confectionné à partir de ce type de lait. Bien sûr, cet arrêté a pour but la protection de la santé publique. Et il vient compléter, sur le territoire national, le paquet hygiène. Cet arrêté s’adresse aux producteurs. Et il leur prescrit une attitude à tenir en cas de résultat microbiologiques insuffisants.

Quelques rappels sur le paquet hygiène

Mais avant de parler de cet arrêté, commençons par définir le paquet hygiène auquel il se rattache. Il s’agit là d’un ensemble de textes réglementaires européens. Et son objectif est de mener une politique sanitaire unique au niveau européen. Cet ensemble de textes est bâti autour du règlement 178/2002. Celui-ci crée l’autorité européenne de sécurité des aliments. Ainsi qu’un système de réseaux d’alertes. En tous cas, ce paquet hygiène, entré en vigueur le 1° janvier 2006, s’applique, aujourd’hui, à tous les producteurs de produits alimentaires. Mais également à l’ensemble du secteur agroalimentaire. Comme on a coutume de le dire, “de la fourche à la fourchette“. In fine, cette législation met en place plusieurs obligations. Comme la déclaration des exploitants et la tenue d’un registre. Mais également le respect des bonnes pratiques d’hygiène et la traçabilité. Et impose aux entreprises une obligation de résultat.

Le nouvel arrêté concernant le lait cru

L’arrêté ministériel a pour but la mise en application du règlement européen 854/2004. Un règlement faisant, donc, partie du paquet hygiène. Il s’adresse, plus particulièrement, aux professionnels de la filière lait. Ceux-ci auront trois mois pour régler une situation de non-respect des critères d’hygiènes. Et ce suite à une première notification. Faute de quoi ils se devront d’informer l’entreprise à laquelle il livre son lait de la situation. C’est cette derniere qui devra, alors, mettre en place un protocole visant à préserver la santé publique. Un protocole qui devra être une pasteurisation ou un autre équivalent.

Pour de plus amples informations et des conseils personnalisés, n’hésitez pas à contacter notre équipe d’experts.

Related Posts

Archives

Catégories