Deux nouveaux additifs alimentaires autorisés

Des additifs alimentaires reçoivent de nouvelles autorisations, notamment pour certains fuits

Les additifs alimentaires sont un sujet régulier de discussions. Il s’agit, en réalité, de produits naturels ou de synthèse ajoutés à des denrées alimentaires. Ils possèdent des utilités très diverses. Certains ont un rôle de conservateur, quand d’autres sont des colorants ou encore des exhausteurs de gout. Brefs, leurs fonctions sont nombreuses. Chez nous, le texte de référence à leur sujet est le règlement européen 1333/2008. Un règlement qui indique les conditions d’utilisation de ces additifs alimentaires. Et ce en fonction des catégories d’aliments. Il existe, d’ailleurs, un guide d’interprétation des familles de produits, en anglais. Guide, bien sur, relatif à ce règlement et issue de la commission européenne. La même commission qui vient d’adopter deux règlements visant à modifier l’annexe II de ce règlement européen. Les deux ont pour vocation d’étendre l’utilisation de deux additifs alimentaires, le E120 et le E471.

Extension d’utilisation  de l’acide carminique (E 120)

L’acide carminique, aussi appelé carmin, fait partie des additifs alimentaires ayant une fonction de colorant. Présent chez la cochenille, une espèce d’insectes mexicains, il est d’origine naturelle mais aussi synthétique. Il peut, en effet, être obtenu chimiquement. En tout cas il possède des propriétés de colorant rouge. Il a fait l’objet d’une réévaluation de l’Autorité européenne de sécurité alimentaire en 2015. Et celle-ci n’a révélé aucun effet toxique. Cependant cette autorité a fixé une dose journalière admissible de 2,5 mg par jour et par kilogramme de masse corporelle. En effet, certains résidus accompagnant l’acide carminique pourraient, potentiellement, avoir un effet allergique. Déjà autorisé par le règlement 1333/2008, l’additif E122 voit son autorisation étendue par le règlement européen 2019/800 dans les territoires d’outre-mer français pour certains produits traditionnels de salaison. Des préparations à base d’abats de bœuf ou de porc.

Utilisation  de mono et de diglycérides d’acides gras (E 471)

En ce qui concerne le deuxième règlement européen, le 2019/801, il concerne l’additif E 471. Celui-ci, composé de mono et de diglycérides d’acides gras, possède une origine naturelle. Essentiellement végétale, mais on peut en trouver d’origine animale. En tout cas on en retrouve l’utilisation dans divers produits et avec des fonctions différentes. On peut le retrouver, notamment, comme émulsifiant, agent d’enrobage, gélifiant, antioxydant ou encore comme support de colorant. L’Autorité européenne de sécurité alimentaire, le 17 février 2017, n’a relevé aucun risque et aucun besoin de fixer une dose journalière admissible. Le nouveau règlement étend l’utilisation de l’additif E 471 pour certains fruits frais dont la peau n’est généralement pas consommée (agrumes, melons, ananas, bananes, papayes, mangues, avocats, grenades). Avec pour fonction, celle d’agent d’enrobage, afin de lutter contre la perte d’humidité. Et comme il n’y a aucune dose journalière admissible, il est autorisé dans la quantité suffisante pour jouer son rôle.

Ces deux règlement, pris le 20 mai, entreront en vigueur vingt jours après, soit le 9 juin. Nos équipes restent à votre disposition pour toute information supplémentaire.

Related Posts

Archives

Catégories