À propos des alcaloïdes opioïdes présents dans les graines de pavot

Les produits de boulangerie aux graines de pavot présentent un risque de contenir des alcaloïdes opioïdes

Dans un communiqué de presse daté du 1° mars 2019, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) alertait sur les alcaloïdes opioïdes. Cette communication faisait suite à un signalement aux autorités sanitaires et annonçait l’ouverture d’investigations. C’est le centre antipoison de Paris qui était à l’origine de ce signalement. Car il avait constaté des taux élevés d’alcaloïdes opioïdes dans les urines de certaines personnes. Quel est le point commun de ces personnes ? Elles avaient toutes consommées du pain aux graines de pavot. Et le communiqué de souligner le risque de voir se développer à ces taux de nombreux symptômes. Au rang desquels on peut noter la somnolence, la confusion, des nausées ou encore la rétention d’urine. L’occasion de faire un point sur la situation.

Qu’est-ce que les alcaloïdes opioïdes ?

Principalement d’origine végétale, les alcaloïdes sont des molécules azotées. Certains sont très connus, et leur nom doit vous parler. On y retrouve, par exemple, la nicotine, ou encore la caféine. Vous l’aurez remarqué : on les repaire par leur nom et leur suffixe “ine”. On retrouve très souvent, pour la forme purifiée des alcaloïdes, une toxicité et des vertus relaxantes. Et les alcaloïdes opioïdes dans tout cela ? Ce sont ceux que l’on retrouve dans le pavot. Soulignons, au passage, que c’est de cette plante que l’on tire l’opium. Aussi certains de ces alcaloïdes ont des noms qui ne doivent pas vous être étranger. Tels que la morphine ou la codéine. Composés que l’on peut retrouver, à des concentrations variables, dans les graines de cette plante.

Les graines de pavot, qui sont utilisées pour la décoration de produits de boulangerie, pains comme gâteaux,  ne contiennent normalement pas d’alcaloïdes opioïdes. Ou alors en très faible quantité. Cependant l’action des insectes ou des contaminations extérieures lors de la récolte peuvent en apporter. D’où la possibilité d’en retrouver dans l’alimentation humaine.

Réglementation et recommandations

Dans son communiqué de presse, la DGCCRF fait quelques recommandations à l’attention du consommateur. Elle déconseille notamment d’éviter la consommation de produits contenant une forte dose de graine de pavot avant de pratiquer une activité requérant une bonne attention. La même recommandation est adressée à des publics à risque. Par exemple les femmes enceintes ou allaitantes ou les enfants. Rappelons que les jeunes enfants sont la population la plus exposée aux risques. Bien entendu, en cas de symptômes, il est nécessaire de contacter les autorités sanitaires.

Bien qu’il y ait déjà eu des retraits liés aux alcaloïde, il n’existe, aujourd’hui, plus aucune alerte ni aucun retrait en lien. La réglementation est, également, silencieuse. Seule la recommandation de la commission européenne 2014/662 liste les bonnes pratiques pour éviter la présence d’alcaloïdes opioïdes dans les graines de pavot. Des bonnes pratiques qui touchent à la fois le cycle de culture de la plante que le cycle de transformation.

Pour plus d’informations, notamment sur ces bonnes pratiques, n’hésitez pas à prendre contact avec nos équipes.