Gestion des alertes : mise à jour du guide d’aide

Du nouveau pour vous si vous appartenez à la filière lait ou viande hachée. En effet, suite à un avis de l’Anses du 31/03/2017 la Direction générale de l’alimentation a édité le 7 juillet 2019 une instruction technique qui vous concerne. Cette instruction technique DGAL/MUS/2019-509 apporte des modifications au guide d’aide à la gestion des alertes. Ou, plus exactement, de son annexe XI. Comme vous le savez sans doute déjà, ce guide a pour finalité d’informer les entreprises du secteur agroalimentaire sur la marche à suivre lors d’un retrait rappel. Mais sur quoi portent les modifications effectuées ? Sur la gestion d’Escherichia coli STEC.

Ultérieurement, des modifications seront également apportées à deux autres instructions techniques. Tout d’abord l’instruction technique DGAL/MUS/2015-888 relative aux mesures de gestion des non-conformités d’Escherichia coli STEC dans les viandes hachées. Mais également l’instruction technique DGAL/SDSSA/2016-253 qui traite de la production de viandes hachées et préparations de viande.

Escherichia coli STEC

Des modifications portant sur Escherichia coli STEC ont, donc, été apportées au Guide d’aide à la gestion des alertes. Mais quelle est donc cette bactérie ? STEC est l’acronyme de l’anglais Shiga Toxine Escherichia Coli. C’est-à-dire escherichia coli producteurs de shigatoxines. Que l’on appelle aussi Escherichia coli enterohémorragique (EHEC). Il en existe plusieurs souches possédant chacune une virulence propre. Elles peuvent être responsables de colites hémorragiques, une inflammation des intestins. Mais également de syndromes hémolytiques et urémiques. Ces dernières maladies, peuvent être très graves surtout chez les jeunes enfants et les autres personnes sensibles. Et peuvent ainsi générer des hospitalisations chez ces dernières victimes. Ces infections potentiellement graves sont souvent à l’origine de rappels.

Guide d’aide à gestion des alertes, que dit l’annexe XI ?

En cas de détection de la présence d’Escherichia coli STEC dans un aliment, confirmé par le laboratoire national de référence, vous le guide d’aide à la gestion des alertes vous engage à deux démarches. Tout d’abord une notification de non-conformité auprès des autorités sanitaires. Mais également un retrait et un rappel accompagné de la diffusion d’informations aux consommateurs. Ces mesures peuvent être exigées même sur des produits dont la date limite de consommation est dépassée. Attention, également, en fonction d’analyses complémentaires, les mesures de retrait et rappel peuvent être élargies à d’autres lots que ceux incriminés. L’annexe XI du guide d’aide à la gestion des alertes propose, également, un modèle de communiqué de presse ou d’affichette à l’intention des entreprises concernées par ces retraits/rappels.

Pour de plus amples informations, n’hésitez surtout pas à contacter nos équipes d’experts.

Related Posts

Archives

Catégories